il sait manger ce gâteau


Réponse 1:

"Laissez-les manger du gâteau" est une fausse citation de Marie-Antoinette ... elle ne l'a jamais dit, mais ne laissez pas cela empêcher une bonne histoire!

Selon le mythe,

Marie-Antoinette

, riche, royal et ne manquant de rien, se disait-on "mais le peuple n'a pas de pain!" (par exemple, ils meurent de faim) et la réponse a été "alors laissez-les manger du gâteau" ... par exemple, si vous n'avez plus de pain, mangez autre chose ... mais la raison pour laquelle la citation était populaire était parce que c'était une illustration de la façon dont la classe dirigeante était détachée et désemparée de la souffrance, de la pauvreté et de la privation du peuple. Pendant la Révolution française, c'était exactement ainsi que les gens ressentaient le comportement de leur monarchie.

«Laissez-les manger du gâteau» signifie donc «la personne qui fait cette déclaration est un snob qui n'a pas la moindre idée de la vraie vie». C'est un peu comme quand une célèbre héritière d'hôtel a dit, quand on lui a dit que certains membres du personnel n'avaient pas été payés, a dit "eh bien, ils vont devoir puiser dans leurs fonds en fiducie!"

Edit: En français, la citation ne fait pas référence à «gâteau» mais à brioche. La brioche était alors et est maintenant un excellent produit de boulangerie. Le terme «gâteau» est signifié dans le sens anglophone d'un produit cuit sucré. Cela ne veut pas dire dans les termes de la croûte pour chiens… que la traduction n'est proposée dans aucun des récits que j'ai pu trouver. C'est également incompatible avec l'intention de la fausse citation, où l'insensibilité à la pauvreté a été illustrée. Le fait que MA soit accusée d'avoir dit de les laisser manger des croûtes n'aurait pas suscité autant d'indignité que de faire une déclaration sur le fait de manger du gâteau qui montrait une méconnaissance totale de l'état de son peuple.


Réponse 2:

Selon la légende, Marie-Antoinette, lorsqu'on lui a dit que les paysans français se révoltaient parce qu'ils n'avaient pas de pain, a répondu: «Alors laissez-les manger du gâteau» (ou en fait, puisqu'ils parlaient français, «laissez-les manger de la brioche.») C'est très douteux que cet échange eut lieu, comme il avait été précédemment attribué à d'autres membres de la royauté ou de l'aristocratie. Le point du récit est que les membres de la royauté / aristocratie avaient si peu de connaissances sur la vie des paysans que l'idée que leurs sujets étaient non seulement affamés, mais en fait affamés, était trop pour les aristocrates.

Cette question m'a rappelé une vieille blague / histoire prétendument écrite par une jeune étudiante d'une riche famille hollywoodienne, qui était soit obligée soit décidée d'écrire une histoire sur une famille pauvre pour l'un de ses cours. Elle a écrit: «Une fois, il y avait une petite fille très pauvre. Sa mère était pauvre et son père était pauvre. Le cuisinier était pauvre, la deuxième femme de chambre était pauvre, et le jardinier était pauvre, et le chauffeur était pauvre, et la gouvernante était pauvre, et tout le monde était très, très pauvre. Même idée - lieu et heure différents.

J'ai tendance à collectionner des histoires comme celle-ci: j'ai grandi dans une petite ferme - nous n'avons eu de salle de bain intérieure que dans les années 1970 - mais j'ai reçu une bourse dans une université prestigieuse, où mes camarades de classe me demandaient parfois s'ils pouvaient rentrer à la maison avec moi pendant une pause «pour voir comment vivent les classes inférieures». "Plus ça change, plus c'est la meme a choisi."


Réponse 3:

Cette phrase, attribuée à tort à Marie-Antoinette, signifie que les classes privilégiées sont antipathiques ou inconscientes du sort des pauvres.

- Madame, les paysans n'ont pas de pain à manger.

- Alors, laissez-les manger du gâteau.

Signifiant «s'ils n'ont pas de pain, pourquoi ne mangent-ils pas de gâteau?».

Il a été enregistré dans les Confessions de Jean-Jacques Rousseau, publié bien avant l'arrivée de Marie-Antoinette en France, et attribué à une «grande princesse».

Marie-Antoinette, bien qu'un peu dépensière, était en fait sensible aux épreuves de son peuple, comme on peut le voir dans les lettres qu'elle écrivit à sa mère Marie-Thérèse lorsque des pénuries de pain se produisirent à l'époque du couronnement de Louis XVI.

Il est bien certain qu'en voyant les gens qui nous traitent si bien malgré leur propre malheur, nous sommes plus que jamais obligés de travailler dur pour leur bonheur. Le roi semble comprendre cette vérité.

Son impopularité croissante en France au cours des années qui ont conduit à la Révolution française est ce qui a conduit à lui attribuer cette phrase infâme.


Réponse 4:

"Qu'ils mangent du gâteau." Une expression qui montre une «insensibilité» ou une incompréhension des réalités de la vie pour les malheureux. Rousseau, dans ses Confessions, parle d'une grande princesse qui, apprenant que les paysans n'avaient pas de «pain», répondit: «Qu'ils mangent du gâteau».

"Qu'ils mangent du gâteau" est la traduction traditionnelle de la phrase française: "Qu'ils mangent de la brioche". La brioche, pain enrichi de beurre et d'œufs, était considérée à l'époque comme un «aliment de luxe». La citation en contexte refléterait donc soit le mépris de la princesse pour les paysans, soit sa mauvaise compréhension de leur situation sinon les deux.

«Laissez-les manger du gâteau» est souvent attribué à Marie-Antoinette, la «reine» de France pendant la «Révolution française», une période de profonds bouleversements sociaux et politiques violents en France et dans ses colonies à partir de 1789.


Réponse 5:

Une aristocrate française, soi-disant Marie-Antoinette, lorsqu'on lui a dit que son peuple vivait dans une telle pauvreté qu'il n'avait pas les moyens de se payer du pain, aurait répondu: «Qu'ils mangent du gâteau». La phrase est venue pour désigner un aristocrate ou un politicien si complètement déconnecté avec son peuple qu'ils ne comprennent même pas que les gens qui n'ont pas les moyens de se payer du pain ne peuvent certainement pas non plus se payer un gâteau.


Réponse 6:

Cela montre comment Marie ne comprenait pas comment les choses fonctionnaient. Elle avait entendu dire que les paysans n'avaient pas de pain à manger. Elle a pensé que s'ils n'avaient pas de pain à manger, elle devrait «les laisser manger du gâteau». Cela montre également à quel point la différence entre les riches et les pauvres était grande. Les pauvres n'avaient pas de pain à manger, et les riches mangeaient des gâteaux et d'autres aliments dans leurs châteaux ou leurs domaines, et ne donnaient pas de nourriture aux pauvres.


Réponse 7:

- Madame, les paysans n'ont pas de pain à manger.

- Alors, laissez-les manger du gâteau.

Ce que cela signifie, c'est que parfois les gens riches et puissants ne se soucient pas moins de ceux qui ont moins de chance qu'eux. Certains l'attestent à l'orateur, Marie-Antoinette ou qui que ce soit, ignorant le fait que si la pauvreté enlève le pain, elle enlève aussi le gâteau. Je considère que quelqu'un sait ce fait mais fait un commentaire sarcastique parce qu'il s'en fiche.


Réponse 8:

À la veille de la Révolution française, les Parisiens affamés se pressaient autour du palais en criant avec colère qu'ils avaient besoin de pain. L'épouse du roi Louis, Marie-Antoinette, était censée avoir indiqué son mépris pour les citoyens ordinaires en disant: «Qu'ils mangent du gâteau».

J'ai toujours cru cette histoire, mais ce n'est probablement qu'une invention. Belle phrase facile à retenir et de nombreuses possibilités de l'utiliser!


Réponse 9:

Ce n'est jamais arrivé. Cette affirmation était un mythe, mais pour la comprendre, il faut comprendre la définition du «gâteau» en France. En France, le gâteau signifiait le résidu brûlé laissé sur la casserole, que les boulangers donnaient aux chiens. La citation signifiait "Laissez-les manger des ordures, ce n'est pas mon problème!"


Réponse 10:

C'était censé avoir été dit par Marie-Antoinette, la reine de France. Les paysans n'avaient pas de pain et manger des brioches (un pain enrichi d'œufs et de beurre que les Français mangent encore au petit-déjeuner avec leur café) aurait été une insulte, car ils ne pouvaient pas se permettre de pain, encore moins de beurre et d'œufs. Rousseau a écrit une autobiographie dans laquelle il la raconte en disant «Qu'ils mangent de la brioche», alors que lorsqu'il écrivit ses «Confessions», elle n'avait que neuf ans.


Réponse 11:

Fondamentalement, cela signifie qui s'en soucie. C'était une citation de Marie-Antoinette sur le manque de pain des paysans. Elle a dit de les laisser manger du gâteau car il contenait des œufs et du lait, donc c'était un bon substitut dans son esprit.