7 jours pour mourir comment désarmer les mines


Réponse 1:

Le champ de mines sans contact russe NVU-P «Okhota» («Hunt») est conçu de telle manière qu'il est terriblement difficile à désarmer.

Le manuel du système déclare explicitement: «Il est INTERDIT de supprimer le périphérique NVU-P configuré en mode autonome!»

Il a un module de commande et 5 mines antipersonnel OZM-72 régulières qui lui sont connectées. Le module de commande est connecté à un capteur sismique.

Voici le dessin du module de commande:

1 - Bloc des percuteurs; 2 - percuteur du mécanisme d'autodestruction; 3 - fusible MD-5M (ou MD-2); 4 - bloc TNT de 75 grammes (pour l'autodestruction); 5 - Fusible MUV-4, utilisé comme mécanisme d'armement à distance; 6 - Bloc électronique; 7 - Capteur sismique; 8 - Câble de télécommande

Cette page

a son mode de fonctionnement assez largement couvert (désolé pour la longue citation):

Le dispositif NVU-P est conçu pour contrôler le travail de cinq mines terrestres antipersonnel, servant de capteur et d'identificateur de cible et émettant directement des ordres d'explosion aux mines terrestres elles-mêmes.
Le NVU-P permet d'établir des groupes de cinq mines terrestres antipersonnel OZM-72 (MON-50) et permet la détonation séquentielle des mines du groupe au fur et à mesure que d'autres cibles se rapprochent.
Si l'appareil est installé en tant qu'arme télécommandée, l'activation ou la désactivation de l'arme est exécutée via la télécommande MZU à l'aide d'un câble bifilaire. La longueur du câble est déterminée par son type et la source d'alimentation de la carte de commande à distance et peut atteindre plusieurs centaines de mètres de long.
L'appareil se compose d'un processeur, d'un capteur sismique SV-20P, de cinq dispositifs de déclenchement électrique NM, de cinq rouleaux de câble, d'un détonateur MUV-4 et de cinq mines antipersonnel à fragmentation. Tous les 20 kits, un dispositif de test et d'étalonnage est émis. Pour chaque 12 kits, une télécommande MZU est émise, ainsi qu'un bâton de TNT par appareil NVU-P (allant de 75 à 200 grammes). Cinq dispositifs de fragmentation doivent être reliés au NVU-P par une mine de cuivre isolée. Il est émis avec des mines OZM-72 ou MON-50, mais toutes les mines antipersonnel à fragmentation capables d'utiliser le fusible MD-5M peuvent être déployées (MON100, MON200, MOMZ-2M, OZM3, OZM4), ainsi qu'électrique mines détonées (OZM-160, OZM-3, OZM équipées d'un dispositif UVK).
En outre, le capteur sismique est enterré à côté de l'appareil et relié à celui-ci par un câble.
L'appareil est toujours en mode garde. Lorsque des cibles potentielles (véhicules et humains) pénètrent dans la zone, le capteur transmet les données sismiques à l'appareil, qui identifie les cibles et leur portée. Si un être humain est détecté, l'arme passe en mode combat, estimant la portée et le relèvement par rapport à la cible. Lorsque la cible entre à portée, la mine terrestre la plus proche de celle-ci est choisie, et les dispositifs de déclenchement qui lui sont liés envoient une impulsion détonante à la mine. Toutes les mines sont contrôlées de la même manière.
L'appareil identifie de manière fiable les mouvements humains (course, marche, rampe ou ski) et l'identifie des mouvements d'animaux et de véhicules dans toutes les conditions météorologiques. La probabilité d'une erreur est de 0,0004 (4 sur dix mille). Si les conditions au sol diffèrent significativement de la norme, l'arme est étalonnée avant l'implantation, et les données d'étalonnage sont ensuite utilisées pour toutes les armes de ce type déployées dans la zone.
Lorsque des mines OZM-72 sont utilisées, la cible est détectée dans un rayon de 120 à 150 mètres, et la détonation se produit lorsque la cible entre dans la portée d'environ 15 mètres. Sur le schéma ci-dessous, l'emplacement de l'appareil est marqué en rouge. Les mines sont marquées en bleu et la zone de détection - en rose. Le bleu clair marque les rayons d'explosion des mines, tandis que le vert indique la distance à laquelle les ordres d'explosion sont donnés. De toute évidence, lorsque l'une des mines a explosé, la cible est toujours à portée.
Note de l'auteur: Cet engin explosif est parfois appelé «The Hunt». Nous avions l'habitude de l'expliquer simplement aux soldats: «Cette mine explose cinq fois. Il ne peut pas être approché et désarmé. Le capteur sismique ne peut pas être trompé. La mine ne peut être détectée par aucun appareil moderne sans entrer dans sa portée. De plus, cet appareil est incroyablement sournois. Alors que les premiers soldats sont blessés, leurs camarades et médecins croiront qu'il s'agit d'une explosion de mine normale et se précipiteront à leur défense, déclenchant la deuxième mine. Les tentatives des blessés pour se mettre en sécurité déclencheront une troisième mine - et l'OZM-72 explose à une hauteur d'environ un mètre, blessant à la fois la marche et la rampe. Il n'y a pas d'échappatoire mais de rester immobile et de saigner à mort. Vous semblez vivant, mais il n'y a aucune chance de survie. Ceux qui meurent en premier sont plus chanceux. Le plus drôle (pour ainsi dire) est qu'en dépit de toute cette cruauté, l'appareil ne rentre pas dans le cadre de la Convention d'Ottawa - l'arme elle-même n'est pas une mine et les appareils attachés ne sont pas, juridiquement parlant, des mines mais des sous-munitions.
Utilisez le dispositif d'étalonnage pour tester la capacité opérationnelle de l'appareil et du câble. Enterrez ou masquez l'appareil, les mines et le câble, ne laissant que le détonateur MUV-4 à la surface. Ne le connectez à l'appareil qu'après avoir terminé toutes les autres tâches.
Après avoir reçu l'ordre d'armer la mine terrestre, arrachez le percuteur du MUV-4. Le percuteur du fusible, activé après un court laps de temps, fermera le circuit et activera le NVU-P.
Si le NVU-P est installé en tant qu'arme contrôlée, le MUV-4 ne doit pas être installé. Fixez plutôt un câble de commande à l'appareil. La télécommande elle-même doit être placée à 200 mètres. À partir de ce moment, le NVU-5 restera armé et le restera jusqu'à ce que les batteries soient épuisées plusieurs mois plus tard, après quoi toutes les mines survivantes et l'appareil s'autodétruiront.
Le NVU-P ne dispose pas d'un dispositif d'autodestruction intégré, mais, comme le montrent les dessins ci-dessus, une clé TNT peut y être attachée à cette fin. L'autodestruction se produira lors de l'épuisement de la batterie ou de l'explosion des cinq mines.
Le NVU-P peut être considéré comme impossible à désarmer ou à retirer. Cependant, une modification ultérieure, connue sous le nom de NVU-PM, a un circuit supplémentaire qui fera exploser toutes les mines lors d'une tentative de couper l'un des câbles. Cela rend impossible d'essayer de conduire jusqu'à la NVU-PM dans une voiture et de la désarmer, ce qui était techniquement faisable avec un NBU-P.
Le NVU-P est normalement utilisé avec le fusible MUV-4, mais peut également être utilisé avec les fusibles MUV-3 et MUV-2, auquel cas le délai d'activation est celui du fusible. De plus, il peut être activé avec une machine à détoner ou toute autre source électrique, reliée à l'appareil avec un dispositif de déclenchement électrique NM, mais cela rend impossible le retour du NVU-P en mode veille.
Le NVU-PM est également équipé d'une minuterie, mettant l'appareil en mode sans échec pendant une certaine période de temps toutes les 24 heures (et jusqu'à trois fois par jour), permettant le passage à travers le champ de mines à ces moments-là. Cela permet, entre autres, d'installer de nouvelles mines pour remplacer celles activées.
Spécifications: Type: Sismique, télécommande Matériel: Métal Diamètre 15,5 centimètres Hauteur: 36,2 centimètres Masse / Chargé: 4,2 kilogrammes Quantité de mines: 1-5 Mines émises: OZM-72, MON-50 Utilisable avec: MON-100, MON -200, POMZ-2, POMZ-32, OZM-3. OZM-4, OZM-160, équipé d'UVK Durée de vie du combat OZM: 4-9 mois Portée par rapport au mien: 2-15 mètres Temps d'armement MUV-4: 6-36 minutes MUV-3, MUV-2: 13 minutes à 59 heures Plage de température: -40 - +50 degrés Celsius Source d'alimentation: 6 batteries R20 Autodestruction: Après la détonation de la dernière mine / épuisement des batteries Auto-désarmement: Aucune. Contrôle: disponible à la fois comme arme contrôlée et autonome. Amovible: uniquement comme arme contrôlée. Désarmable: uniquement comme arme contrôlée

Réponse 2:

Oui il y en a. Il existe deux situations dans lesquelles vous devez vous tenir à l'écart d'une mine:

Bien que la plupart des mines antichar et antipersonnel soient assez faciles à désarmer, un adversaire expérimenté peut combiner ces deux types de mines. Vous voyez un endroit qui ressemble à une mine antichar cachée dans le sol, mais quand vous y allez, vous activez une mine antipersonnel qui a été installée autour de la grande mine antichar pour la «protéger».

J'ai vu des trucs comme ça au Kosovo. Une mine antipersonnel a été enfoncée dans le sol, bien visible, mais sous le sol, elle était reliée par fil à une autre mine. Si vous deviez désarmer la première mine et ensuite essayer de la retirer du sol, vous auriez activé la seconde. La mise en place de ce piège a dû demander beaucoup de travail à nos ennemis.

Cependant, les pires mines à désarmer sont généralement les engins explosifs improvisés (EEI). Chacun peut être différent et, par conséquent, il est difficile d'apprendre à les démonter. Il vaut mieux ne pas les toucher et les faire exploser.


Réponse 3:

Je suis d’avis que les mines terrestres ne valent pas la peine d’être désarmées et qu’il est de loin préférable et plus sûr de les faire sauter par votre ingénieur. Ou, si vous parlez de votre champ de mines quotidien, demandez simplement aux SeaBees de nettoyer la zone avec un bulldozer.

Je ne sais rien des mines terrestres modernes ni de l'utilisation des EEI. Je ne fais que vivre ce que j'ai vécu il y a de nombreuses années.


Réponse 4:

Il est extrêmement rare que les mines soient désarmées, lorsqu'elles sont détectées, elles sont simplement soufflées, c'est plus sûr et plus rapide.

Aucune armée ne choisirait un ingénieur de combat ou un ingénieur d'escouade de bombes hautement qualifié pour cela, il n'y a jamais de ces gars-là, et il y a des millions de mines en attente, donc statistiquement parlant, beaucoup de gars n'auraient pas de chance avec le temps.


Réponse 5:

Le PMN-1 est un putain de cauchemar. Les démineurs apprennent même pas à tenter de le désamorcer; il suffit de le mettre en place.